Étudiant naturo : le monde du bien être n’est pas un monde de bisounours

Mis à jour : nov. 11



Encore un article qui va faire grincer des dents et pour lequel on me jettera des cailloux , haha ! Ça n'est pas très grave, j'assume complètement ce que je suis et ce que je pense. Et je me contrefous de la bienséance et des bien-pensants... également du politiquement-correct.

Aujourd'hui je m'adresse à toi jeune Jedi de la naturo, pour te dépeindre un tableau qui n'est peut être pas celui que tu attends...

Une fois de plus, il ne s'agit là que de mon avis, qui vaut ce qu'il vaut... A chacun de se faire une opinion sur le sujet.

Comme d'hab, si tu souhaites jeter des pierres à quelqu'un après la lecture de cet article, tu vas en bas de la page, rubrique "contact".


Je vais te raconter mon histoire et mon ressenti, en ce qui concerne mon entrée dans le monde du bien-être. Je ne suis pas là pour balancer des noms, ou des détails sordides, mais juste pour témoigner d'une certaine ambiance qui règne au sein du milieu de la santé au naturel, maquillée derrière une bienveillance de façade.


Je sais d'ores et déjà que je me ferai tirer dessus à balle réelle après cet article, je sais aussi que je recevrai un tas de mail de gens qui pensent comme moi, mais préfèrent se taire.


Quand je me suis intéressée à la naturopathie, j'étais déjà en souffrance professionnelle à l'hôpital. Je ne me retrouvais plus dans mon métier, et surtout dans les conditions dans lesquelles on nous fait travailler. Ce monde où l'on oublie l'humain pour s’intéresser à la rentabilité du soin. Ce monde, où il faut désormais compter, et non soigner...

En décidant d'entrer dans le monde du bien-être et plus particulièrement de la naturopathie, j'étais persuadée d'y trouver, non seulement un microcosme où l'humain tient une place centrale, mais aussi tout simplement des gens comme moi...


Après quelques semaines au sein de mon école de naturopathie, j'ai déjà pu me rendre compte que j'avais fait fausse route et que j'avais fantasmé cet univers et les personnes qui y évoluent.


Peut-être t'en es-tu rendu compte... ou pas, mais j'ai un caractère et un fonctionnement un peu ... spéciaux... Je réfléchis et envisage les choses et le monde différemment : la faute à mon cerveau droit, qui domine largement mon existence.

Ce cerveau droit me donne aussi une propension à une extrême lucidité, à un besoin viscéral d'authenticité et de justice et à une certaine clairvoyance, au sens premier du terme, c'est à dire une aptitude à voir toujours plus loin quand les gens regardent devant leurs pieds.

Alors si tu as envie de penser que je suis prétentieuse, vas-y fais-toi plais'. Le fait est que les choses sont ainsi, et que je ne peux les changer...

Je suis différente, c'est comme ça... Les gens qui me connaissent le savent. Je pense différemment, je vis différemment, je réfléchis différemment et ça dérange.


"Dans mon monde à moi, y a que des poneys, ils mangent des arcs en ciels et font des cacas papillons !" Haha ! Cette petite citation de dessin animé, n'illustre que la façon dont j'aurai voulu voir le monde du bien-être, et même le monde tout entier : emprunt d'honnêteté, d'authenticité et de justice, sans faux-semblants, sans bienveillance de façade, sans vipères qui me sifflent à l'oreille "Aie confianccccce".

Mais malheureusement, force est de constater qu'on en est bien loin, et ça me ronge...Difficile pour moi de passer outre, de laisser pisser, de lâcher prise sur un sujet si épineux, qui comporte autant de tabous.


J'ai longtemps hésité avant d'écrire cet article, j'avais même commencé sans avoir terminé, en me disant "A quoi bon ? A quoi bon remuer la merde ? A quoi bon mettre les pieds dans le plat ? A quoi bon taper dans la fourmilière ? Dans quel but ?" J'ai finalement trouvé une réponse à ces questions : pour mettre en garde les personnes qui sont encore plus jeunes que moi dans ce métier et dont les espérances sont bercées d'illusions, pour qu'elles prennent simplement conscience et se préparent à ce qui les attend... La prise de conscience : mamelle de la naturopathie...


Je commencerai en te disant que, bien sûr, il ne faut pas mettre tout le monde dans le même sac, que des gens biens, bienveillants (réellement bienveillants, j'entends), authentiques, honnêtes, il y en a, et heureusement ! Sinon, autant se jeter tout de suite !

Mais les gens malveillants, aux dents qui rayent le parquet, intéressés, malhonnêtes, déloyaux ne sont malheureusement pas rares (oui, même dans notre métier...)

Des gens dont l'unique objectif est de faire du pognon, qui n'ont que le mot "chiffre d'affaire" à la bouche et qu'importe s'il faut te marcher sur la gueule pour y arriver, ou même baisser son froc... (Désolée, je deviens vulgaire ; ça, c'est quand tout ça m’exècre à m'en retourner l'estomac)

A tout ceux qui me diront que je me laisse emporter par la négativité, blablabla..., je vous répondrai que vous ne savez admettre que la colère existe et qu'elle mérite d'être exprimée, que quand ça vous concerne directement : le jour où c'est votre tour d'être furieux, vous trouvez ça finalement très sain de le dire...

Je me contrefiche de la bienséance, ou du fait qu'il faille "garder une posture" quand on est naturopathe comme on me l'a parfois fait remarquer, je vomis les faux-semblants et c'est à prendre ou à laisser.


Le métier de naturopathe est de plus en plus concurrentiel, on est de plus en plus nombreux. Chacun essaye de tirer son épingle du jeu, chacun essaye de se démarquer, et c'est le jeu, ma pauv'Lucette ! La concurrence c'est plutôt sain finalement, si ça reste loyal, et ça donne des objectifs, ça booste la motivation à réussir : bref, je n'ai pas de problème avec le concept de concurrence.

Je reste persuadée que chaque praticien a un type de clientèle qui lui est propre, qui lui correspond,et qu'ainsi chacun trouve chaussure à son pied.

J'ai un profond respect pour tout ceux qui comme moi travaillent beaucoup, et se donnent du mal pour maintenir à flot leur petite entreprise en tentant d'être innovant.


Quand j'ai monté ma petite auto entreprise, j'avais des projets et des idées plein la tête, mais très peu de moyens financiers. On a avait d'ailleurs ri avec mes collègues de promo lorsque qu'on avait discuté du statut d'entreprise qu'on choisirait : pour moi c'était une EML ... Entreprise Aux Moyens Limités... Haha !

Faute de budget , j'ai du me transformer en graphiste pour créer ma petite carte de visite moi même, ainsi que mes flyers, puis en webmaster pour créer mon site internet, en décorateur pour aménager mon cabinet, en community manager pour faire ma promotion sur les réseaux sociaux... Bref tout était (et est toujours d'ailleurs) homemade mais ça ne me dérangeait pas vraiment, même si j'étais bien consciente que s'il existait de véritables métiers pour effectuer ces tâches, ça n'était pas sans raison, et que sans doute si j'avais fait faire tout ça, le résultat aurait été de meilleure qualité et plus pro . Mais quand on a pas de sous pour payer et qu'on est déjà endetté, difficile de faire autrement.


Un mois après mon installation officielle, je découvre qu'une autre praticienne de ma ville a ... quasiment le même logo que moi, qu'elle a changé tout récemment. Je n'avais rien remarqué jusqu'à ce qu'un médecin de mon hôpital me le dise... "Manon vous avez vu l'article dans le journal ? Vous la connaissez la naturo ?" Il me donne son nom. En effet je la connais... très bien même... Voyant que je ne réagis pas, il continue "... Je crois que vous devriez consulter cet article, Manon..."

Ce fut chose faite... Et là... douche froide... "C'est quasiment votre carte de visite Manon..." Me dit-il ... En effet... Déjà, on avait repris mon travail et mon logo que je venais de créer moi-même à l'époque... Les couleurs, (bon ça encore...), l'image, la mise en page, tout était identique... Mais cette personne était installée depuis plus longtemps que moi, et du coup rien ne plaidait en ma faveur... Que pouvais-je faire à part pester seule dans mon coin... Lui mettre une tête au carré ? Pour quoi faire ? De toute façon elle allait tout nier en bloc, c'était évident... J'ai donc du modifier mon logo, le changer, le simplifier, refaire mes cartes de visite et abandonner l'original à celle qui me l'avait chipé...


Tout naturellement, TaNaturo.com a très vite pris une dimension écrite. L'écriture, ça a toujours été mon dada, la pédagogie également, et le milieu de bien-être était désormais mon sujet favori... Nous sommes nombreux à écrire parmi les naturos et je trouve ça super et riche.

Forte de cette mésaventure qui venait de m'arriver, j'ai aussi fait le choix de marquer très nettement mon style d'écriture vers le familier, à la limite de l'argotique. Ainsi je savais qu'il serait reconnaissable entre 1000 et donc beaucoup plus difficile à copier sans se faire remarquer. Ça, ça a très bien fonctionné... J'ai également fait le choix de prendre position en faveur ou contre certaines choses, pour les mêmes raisons et dans un soucis d'authenticité : ça n'est pas parce qu'on est naturo qu'on est en accord avec 100% de ce qui se pratique, et ça me permettait d'être claire avec mes lecteurs et mes clients sur ma façon d'envisager la discipline.


Le site commençant à se faire doucement connaitre, j'ai été parfois contactée par d'autres sites pour écrire pour eux... C'est là que je te mets en garde, jeune jedi de la naturo, pour ne pas te faire avoir comme moi. Si tu écris, tu seras surement contacté toi aussi. Sous couvert de "partenariat" et "d'échange de bon procédé", certains n'auront aucun scrupule à te faire écrire gratuitement pour eux en te disant qu'ainsi ça t’amènera de la visibilité et te fera connaître...

Il s'agit d'un simple contrat moral, qui implique, de fait, de l’honnêteté de la part de chacune des parties...

Le fait est que bien souvent, le jeu n'en vaut pas la chandelle. Et toi en bonne poire, tu accepteras, mais très vite, tu verras que c'est plutôt le site en question qui récolte les lauriers de ton travail, répondant aux commentaires sur les articles que tu as écrit et remerciant chaleureusement ceux qui te félicitent de ton travail, comme si c'était le leur, sans jamais t'en faire mention.

Alors sois prudent avec ce genre de demande, et assure toi d'avoir en face des personnes honnêtes qui respecteront ton travail.


Attention cette pratique est à différencier de celle d'autres praticiens qui ont un site individuel, et qui te proposeront d'écrire un article "invité" sur leur site, et d'écrire eux-même un article "invité" sur ton site. Cette façon de procéder, de "particulier à particulier" permet de créer du lien entre les deux sites, et a beaucoup plus de chance d'aboutir à un partenariat sain, que ce que j'ai pu expliquer plus haut.



D'autres sites m'ont parfois demandé d'utiliser des articles déjà écrits : pourquoi pas : la demande s'est faite de façon honnête... Mais bien souvent c'est l'autre partie qui a besoin que tu lui apportes de la visibilité, mais tant qu'il n'y a pas d'entourloupe...

J'ai également eu la joie d'écrire pour d'autres sites (rémunéré) dont les webmasters ont carrément signé mon travail de leur nom... Sans que cela ne soit convenu ainsi... Donc, évidemment, il n'y a pas eu de 2ème fois...


Bref, le travail en collaboration avec d'autres praticiens, de ta discipline ou non, peut bien évidemment être enrichissant et constructif. Encore faut-il être sûr des personnes à qui tu donnes ta confiance. Par internet, tout parait facile, mais la malhonnêteté est souvent de mise malheureusement... Comme m'a récemment fait remarqué un collègue de l'hôpital alors que je venais une fois de plus de me faire lamentablement copier un article complet : "Mais Manon... C'est Internet ! Y a que ça des gens qui racontent ce qu'ils veulent, qui s'inventent une vie, qui copient..."

Bah merde alors ! Le monde entier est-il comme ça ??? Derrière ces écrans d'ordinateur, n'y a t-il pas des gens honnêtes ? Si bien sûr... Mais malgré qu'il s'agisse du monde de la santé et du bien-être... Il y a aussi des crevures... Donc "be aware" comme dirait Van Damme ! Ce qui ne veut pas dire voir le mal partout non plus...


Enfin tu pourras constater que nombreux sont ceux qui sont prêts à vendre leur âme au diable pour faire du chiffre, à basculer dans le monde de l'apparence, à faire n'importe quoi pourvu que ça génère du like et du follower quitte à ce que ça n'aie absolument rien à voir avec ce qui est sensé être leur activité principale, tout en essayant de s'auto-convaincre qu'ils sont sur la voie de l'authenticité sous des prétextes bidons... Du style montreEt quand tu les mets "le nez dans leur caca", ils te trouvent prétentieuse et malveillante, pourtant, le chiffre d'affaire est bien leur motivation première à faire n'importe quoi...


Pour finir, mon seul conseil, (que je m'efforce aussi de suivre), c'est de ne pas t'inventer une vie, de ne pas t'inventer des compétences que tu n'as pas, sous des termes pompeux, de ne pas t'inventer expert de tel ou tel trouble si tu débutes dans le métier. Que penserais-tu si le jeune externe (4ème année de médecine) de l'hôpital se présentait à ses patients comme un PUPH (Professeur Universitaire Praticien Hospitalier : à savoir, le high level de la médecine hospitalière) ?

Reste humble, reste digne, seul le temps, la pratique et les formations feront ton expérience, pas le blabla... C'est ainsi que tu gagneras la confiance des consultants, de tes pairs et des autres professions en rapport avec la santé.

Tu ne duperais pas le monde bien longtemps de toutes façons...


Je te laisse méditer sur ça, jeune Jedi de la naturo...


A bientôt sur TaNaturo.com


Cet article t'a plu ? N'hésite pas à y mettre un ♥ et à le partager en cliquant sur les icônes des réseaux sociaux juste en dessous.






TaNaturo

Manon Vitte Naturopathe Diplômée

Toul (54)

06 14 72 15 02

manon.vitte@yahoo.fr

Siret : 831 913 553 00010