Saint Valentin : et si on fêtait plutôt les célibataires ?

Mis à jour : avr. 14


Saint valentin, et si on fêtait plutôt les célibataires

Avant de commencer, je voudrais juste te dire que c'est uniquement parce que j'ai trouvé l'homme qu'il me fallait que je peux me permettre de parler en toute quiétude selon les termes qui vont suivre .

Désormais comblée par un homme qui répond à toutes mes attentes, qui m'entoure d'amour chaque jour, aussi charmant par ses qualités que par ses défauts, je peux en toute objectivité m'exprimer sur le célibat.


Dans l'inconscient collectif, le célibat est souvent synonyme de tristesse, d'insatisfaction, d'incomplétude... Le célibataire est forcément quelqu'un à qui il manque quelque chose, quelqu'un en attente d'un bonheur inaccessible...

Pourtant, au contraire, le célibat peut être une étape extrêmement riche dans le développement personnel.


Il y a quelques années, après avoir vécu plusieurs histoires malheureuses et décevantes, puis m'être "amusée" un peu, j'ai finalement choisi le célibat. Le mot "choisi" est pleinement mesuré car il s'agissait là d'une décision mûrement réfléchie.


Et tiens toi bien : mes 3 ans de célibat total font partie des moments les plus kiffants de ma vie, à de nombreux niveaux.

Alors à toi qui est seul aujourd'hui, sans Valentin à tes côtés, lis bien ce qui va suivre et profite de ce qui s'offre à toi.


On a plusieurs images en tête lorsqu'on s'imagine les célibataires : la trentenaire seule qui s'enfile le pot de glace en pleurant devant une comédie romantique, l'incorrigible dragueur qui séduit les jolies poupées naïves pour ne jamais les rappeler, la business woman qui a sacrifié sa vie personnelle pour sa brillante carrière...


Et si le célibat n'était pas à subir mais à vivre pleinement ?


C'est quand j'ai compris ce fait, que j'ai finalement pu profiter de cette période en la choisissant en pleine conscience.

Vivre seul est une occasion inespérée (et qui ne se représentera peut-être pas) de faire le point sur soi, sur sa vie, ses envies, ses besoins mais aussi sur ce qu'on refuse, ce qui nous paraît inacceptable...

Pourquoi passer son temps à se morfondre en focalisant sur le fait que personne ne t'accompagne. Pourquoi ne pas en profiter pour faire tout ce qui te plaît ?

Être seul c'est la vie sans contrainte, sans compte à rendre, sans concession, la vie comme TOI tu l'entends.

C'est manger ce qui te plaît, à l'heure qui te plaît, ou même ne pas manger, c'est rentrer à l'heure que tu veux, trainer une heure dans ton bain, flemmarder le dimanche habillé comme un sac, c'est habiter où tu veux, décorer ta maison comme tu l'entends, regarder ce que tu veux à la télé, et mettre la musique à fond si ça te chante...

Tout ça peut paraitre dérisoire, mais c'est pourtant un confort de chaque instant.

L'erreur, c'est de vivre ce célibat dans l'attente, à la recherche d'une moitié. Pourquoi rechercherais-tu "une moitié" ? Tu es pourtant bien complet !


Le célibat c'est une introspection, un zoom sur soi-même. Et si tu le veux vraiment, et si tu le vis vraiment, la découverte de son soi profond.

Découvre qui tu es vraiment sans avoir besoin de faire semblant pour plaire, sans avoir à séduire, juste en étant qui tu es avec tes forces et tes faiblesses.

Ne cherche rien... N'attends rien... Sois... Vis... Découvre-toi.


Etre seul a du bon, et chercher l'amour, seulement pour ne pas être seul est voué à l'échec, car tu resterais avec la personne pour de mauvaises raisons.


Ce qui est rigolo c'est que tout le monde est persuadé que tu es triste, avec leurs " oh bah tu trouveras bien chaussure à ton pied !!! blablabla" ...