Pourquoi l'intestin est-il si important selon nous, les naturos ? (Et pas seulement nous!)

Mis à jour : mai 20



Lorsqu'une personne va consulter un naturopathe, dans la majeure partie des cas, c'est parce qu'elle ressent des inconforts au quotidien, qu'elle est atteinte d'une maladie chronique ou tout simplement qu'elle souhaite optimiser sa santé...

Le naturo fait ce qu'on appelle un bilan de vitalité dans le but d'accompagner le consultant de manière précise et adaptée, à lui et à la raison de sa consultation.

Imaginons qu'une personne vienne me voir pour ... un psoriasis par exemple . Inévitablement au décours l’entrevue, je vais lui parler de l'importance de la digestion et de la santé de son intestin.

"Hein ? ... va-t-elle penser, mais pourquoi elle me parle de mon intestin ? Je ne suis pas venue pour ma digestion, je suis venue pour mes problèmes de peau qu'aucune crème n'améliore ! Elle délire ou quoi ?"

Mais non, je ne délire pas ! Et tu vas comprendre pourquoi ! L'intestin, la digestion et l’absorption ont un rôle fondamental dans l'homéostasie ! Un rôle dont trop peu de praticien de santé tiennent compte, hormis les praticiens holistiques . Et c'est carrément dommage !


Veux-tu en savoir plus sur ta tuyauterie digestive, qui dirige ce qui se passe dans ton organisme, presque, si ce n'est autant, que ton cerveau ? Mais de façon beaucoup plus cachée, discrète, insidieuse... L'intestin c'est le véritable manitou incognito de ton corps !

Suis le guide !

Le système digestif, portrait :


La partie principale de ton système digestif est constituée, ni plus, ni moins, d'un tuyau ouvert à ses extrémités, qui traverse ton corps. Il est tortueux, composé de plusieurs éléments à la nature et aux fonctions différentes, mais ça n'est bien qu'un... tuyau ! Fort important, je te l'accorde, tout de même !


Le "tuyau" :

Bouche et œsophage :



La bouche et l’œsophage constituent la partie supérieure du système digestif. Ils ont tous deux des rôles essentiels que je ne détaillerai pas ici, car là n'est pas le sujet, mais ils méritent d'être cités.


L'estomac :


L'estomac est une première étape de transit pour la nourriture arrivée de la bouche et de l’œsophage. Il s'agit d'une poche de contenance variable. Là où dans la bouche et l’œsophage, la nourriture ne passe que quelques secondes, ici elle va stagner jusqu'à plusieurs heures, pour que les étapes de digestion dédiées soient effectuées, et enfin passer à l'étape suivante. Ici s'effectue essentiellement la fragmentation mécanique des aliments et la digestion des protéines, dans un milieu nécessairement acide.


L'intestin grêle :


L'intestin grêle constitue l'étape suivante. Il est composé de 3 éléments de nature, de structure et de fonction différentes : le duodénum, le jéjunum et l'iléon.

Le duodénum est le premier segment du grêle. Il accueille les sucs venant du pancréas et du foie qui participeront à la poursuite de la digestion.

Le jéjunum et l'iléon continuent la digestion et effectuent l'absorption, c'est à dire le passage des nutriments à l'intérieur de ton organisme.

Cet intestin grêle est bien celui qui nous intéressera aujourd'hui, tu verras les détails un peu plus loin. Ne sois pas trop pressé jeune Jedi !


Le côlon :


Appelé également le gros intestin, le côlon permet la formation des selles solides par réabsorption d'eau. Il abrite la majeure partie du microbiote (ce qu'on appelait avant la flore intestinale) qui participe à la synthèse de certaines molécules utiles pour l'organisme.


Les organes annexes de la digestion :


Le foie :


Ahhh le foie ! On pourrait écrire un bouquin entier sur cet organe multitâche ! (ça a déjà été fait maintes fois, d'ailleurs...)

Au niveau digestif le foie va sécréter la bile qui permettra d'alcaliniser le bol alimentaire arrivé au niveau du duodénum, d'émulsionner les graisses et d'évacuer les déchets de l'organisme par la même occasion.

Pour en savoir plus sur ton foie, tu peux consulter cet article :

Et toi ? Comment va ton foie ?


Le pancréas :


Le pancréas, encore un organe méconnu mais pourtant si important ! Au niveau digestif, il participera à la sécrétion du suc pancréatique qui participera lui aussi à l'alcalinisation du bol alimentaire , à parfaire la digestion des protéines initiée par l'estomac, mais aussi à la digestion des glucides et des lipides.

Le pancréas a également un rôle majeur dans le contrôle de la glycémie (taux de sucre dans le sang), par la sécrétion d'insuline et de glucagon, mais ce n'est pas ce dont on parlera aujourd'hui.


Vésicule biliaire :


La vésicule biliaire, bien cachée sous le foie, est un sac de stockage de la bile. Ça n'est pas elle qui la fabrique, mais bien le foie lui même. Elle l'accumule, pour pouvoir se contracter et la relarguer en masse au moment des repas.


On a donc fait un petit tour rapide (très rapide) des différents organes impliqués dans la digestion. Intéressons nous à cet organe mal aimé qu'est l'intestin. On ne pas dire qu'il ait la considération qu'il mérite compte tenu de son importance ! Rien à voir avec le cœur par exemple, qui jouit d'une image et d'une aura si noble , ou le cerveau considéré comme le grand patron de l'organisme !

L'intestin lui, il fabrique la crotte ! Bien moins glam ! Pourtant, sous ses airs de simple éboueur, il dirige de façon discrète l'ensemble de l'homéostasie ! Découvrons comment !


Intestin grêle: la fonction barrière

La première chose dont il faut bien être conscient, c'est que l'intestin constitue la frontière de ton organisme, au même titre que la peau ! Ce qui passe dans le "tuyau" n'est pas considéré comme ton milieu intérieur mais bien comme le milieu extérieur, aussi tortueux le tuyau soit-il ! Tout simplement parce qu´il est ouvert à ses deux extrémités !

Il s'agit donc là d'une véritable barrière qui choisira de laisser entrer certains éléments et d'en refouler d'autres.

Elle est constituée par 2 éléments distincts :


La paroi intestinale :

La paroi de l'intestin grêle a une particularité notoire et inégalée dans l'organisme : sa capacité de repliement . C'est pour ça qu'on dit souvent qu'un intestin déplié pourrait représenter une surface avoisinant celle d'une salle de classe. (Les anciennes estimations disaient un terrain de foot, mais on sait maintenant qu'elles étaient erronées)


Le tube, forme déjà des replis qu'on appelle des valvules conniventes. Sur ces replis, existent des villosités : qui sont comme des mini replis, qui donnent un effet "poils de moquette" à l'ensemble. Sur ces villosités, à une échelle microscopique, existent encore des microvillosités à la surface des entérocytes (les cellules de l'intestin grêle).

Le tube en lui même, dans son épaisseur est composé de plusieurs couches. De l'intérieur vers l'extérieur, on peut distinguer :

- la muqueuse

- la sous-muqueuse

- la couche musculaire

- et la séreuse

On a donc 4 couches distinctes, chacune ayant une fonction définie et abritant des éléments anatomiques permettant le fonctionnement de l'intestin grêle


Le microbiote :


On appelle le microbiote intestinal, la colonie de micro organisme qui vit dans ton intestin.

Au sein des premiers organes de la digestion, comme l'estomac, le microbiote est quasiment inexistant ou alors de façon pathologique (comme pour l'helicobacter pylori, une bactérie responsable de la plupart des ulcères gastroduodénaux). Plus on avance vers la sortie, plus le microbiote est présent et diversifié, avec différentes souches (des "ethnies") en fonction des zones.


Ainsi, c'est dans le côlon qu'on retrouvera la plus grosse concentration de bactéries

mais il en existe également une quantité non négligeable au niveau de l'intestin grêle.

Le microbiote forme alors ce qu'on appelle un biofilm : c'est à dire une couche de bactérie, qui, mêlées au mucus, adhérent entre elles et constituent, à leur niveau, une partie de la barrière intestinale.


Le rôle de la barrière intestinale :

On l'a dit, la barrière intestinale est une frontière. Elle se rend plus ou moins perméable à certains élément pour permettre l'absorption des micronutriments, mais elle l'est également pour le passage de certaines molécules comme les médicaments qu'on prend par la bouche (on dit "per os"), mais aussi toutes sortes de molécules étrangères (les xénobiotiques) comme les produits chimiques, naturels ou non.

Par contre, la barrière (quand elle est efficace) empêche le passage des grosses molécules et des éléments non utilisables par le corps en l'état (comme les fibres par exemple).


Absorption :

C'est à cet endroit que s'effectue donc l'absorption des éléments nutritifs pour ton organisme et que la finalité de l'acte de se nourrir trouve enfin son objectif.

Les éléments nutritionnels ont été fragmentés jusqu'à leur plus petite version. Aucun élément dont la digestion aurait été tronquée ne peut passer, et sera refoulé par la "police aux frontières"(le système immunitaire)

Les entérocytes de la muqueuse intestinale sont alignés les uns à côté des autres, et attachés entre eux par ce qu'on appelle des jonctions, de différents types en fonction de leur niveau sur la cellule . On retrouve entre autres les jonctions serrées et les desmosomes.



Ces jonctions sont comme des "boutons pressions" qui relient les cellules entre elles. Ce système assure l´imperméabilité de la paroi : tout doit passer par les entérocytes (les cellules de revêtement de la muqueuse intestinale).

Les élémentspasse au travers de la paroi en fonction de leur nature : certains traversent carrément les entérocytes , d'autres utiliseront des canaux de transport. C'est ainsi que ton corps est nourri : les nutriments rejoignent alors ta circulation sanguine et deviennent tiens. Ils font désormais partie de ton milieu intérieur, et vont être utilisés par ton corps.





Se peut-il que ma barrière intestinale soit inefficace ?

Malheureusement oui ! Ta barrière peut être inefficace pour 2 raisons :

- soit la paroi de l'intestin est abîmée

- soit le microbiote est déséquilibré

- ou les 2 ! Haha ! ( nan c’est pas drôle...)


Certaines molécules consommées à l'excès peuvent abîmer les villosités de la paroi intestinale. Evidemment le seuil de tolérance est variable selon chacun.

Le gluten, et particulièrement la gliadine, qui est un type de gluten contenu dans le blé, est connue pour être une molécule agressive pour l'intestin.

Alors attention de ne faire aucune confusion : il y a l'allergie au gluten et la sensibilité au gluten, et ça n'est pas du tout la même chose.

L'allergie au gluten est souvent découverte très tôt dans l'enfance, et s'appelle la maladie cœliaque. C'est une allergie vraie et puissante : l'intestin ne supporte aucune trace de gluten et le système immunitaire réagit immédiatement à sa présence, considérée alors comme nuisible. La consommation de gluten par ses personnes entraîne une véritable abrasion typique des villosités intestinales . En gros les "poils de moquette " de ton intestin sont comme passés à la tondeuse, ce qui réduit considérablement la surface d'absorption et entraîne d'énormes difficultés et douleurs digestives.

La sensibilité au gluten n'est pas une réaction allergique et va être variable en fonction des personnes. Le corps va mal tolérer la présence excessive de gluten dans le bol alimentaire, la perméabilité de la paroi intestinale s'en verra perturbée.

En effet le gluten a un impact négatif sur la sécrétion de zonuline : une hormone qui gère les jonctions serrées. Les jonctions se dessèrent alors, et des éléments, nutritifs ou non, passent entre les cellules, autrement dit par des chemins dérobés... Ces éléments se retrouvent alors à des endroits où ils n'ont rien à faire, perturbant le fonctionnement du système immunitaire : la fameuse "police aux frontières" qui se retrouve dépassée.

Pour en savoir plus sur le gluten, tu peux consulter cet article :

Le gluten d'aujourd'hui (article à venir)

Le gluten n'est pas la seule molécule qui peut provoquer cette réaction néfaste sur la zonuline. La caséine du lait, consommée en excès obtient les mêmes résultats.


Là tu vas me dire : Oui, et alors ?

Alors si les jonctions serrés ne font plus leur job, ton intestin devient une vraie passoire , et c'est la fête du slip là dedans ! De grosses molécules passent alors qu'elle ne devraient pas et ça crée un bazar sans nom à la douane ! On va voir par la suite les conséquences d'une police aux frontières submergée.

Ce phénomène s'appelle l’hyper-perméabilité intestinale ou leaky gut syndrome if you want to speak english, et il est extrêmement lourd de conséquences.



L'intestin et le système immunitaire :

Depuis le début de cet article, je reviens souvent sur la "police aux frontières" : c'est parce que l'intestin et le système immunitaire sont très étroitement liés.

En effet la muqueuse intestinale est parcourue par différents éléments émanant du système immunitaire lui même. Outre les cellules immunitaires disséminées tout le long de la muqueuse, on retrouve également des organes lymphoïdes, c'est à dire des organes du système immunitaire (comme l'appendice vermiforme ... Tu vois que ça ne sert pas à rien, finalement, l'appendice !), mais aussi les plaques de Peyer qui sont des agrégats de follicules lymphoïdes inclus dans la muqueuse intestinale, particulièrement au niveau de l'iléon.

La police aux frontières : c'est eux ! Normal : la barrière intestinale étant une douane, il faut bien quelques soldats pour faire régner l'ordre .

Grâce à cet attirail le système immunitaire "éduque" ses petits soldats, les lymphocytes, en leur présentant les différentes molécules étrangères afin que ceux-ci réagissent si elles entrent dans le milieu interne.

On comprend donc que le système immunitaire se trouve donc en première ligne de l'accueil des molécules qui passent la barrière intestinale, à la manière d'un portier physionomiste à l'entrée d'une boîte de nuit : "Tu rentres..., tu rentres pas.... Tu rentres.... tu rentres pas, j'ai dit pas de baskets !!" Haha !


Mais que ce passe t-il en cas d'intestin "passoire" ?

Je te le donne en mille : le videur se fait terrasser par une horde de "persona non grata", il ne sait plus où donner de la tête à l'entrée de boîte de nuit ! Pendant ce temps là, à l’intérieur de la discothèque : c'est le bazar ! Ça se bagarre dans tous les sens et plus personne ne maintient l'ordre et la sécurité ! Dans ton corps c'est exactement la même chose : pendant que ton système immunitaire est occupé à gérer les molécules étrangères arrivées depuis l'intestin, constamment agressé, il s'en trouve beaucoup moins efficace pour effectuer ses tâches habituelles. Ainsi, il peut aller jusqu'à complètement partir en cacahuète et se retourner contre l'organisme : ce facteur (qui n'est bien sûr jamais le seul en cause) contribue à déclencher des maladies auto-immunes, des allergies et des intolérances alimentaires.

Dans un autre registre, l'organisme peut simplement devenir plus sensible à la moindre infection, et succomber à chaque microbe qui passe par là ...

Je le rappelle, rien n'est jamais le résultat d'un seul facteur, il s'agit toujours d'un cumul de facteurs favorisants qui peuvent être différents chez chacun, et qui aboutissent à l'apparition de maladies.

Mais de façon générale, on peut admettre que l'on retrouve bien souvent une agression intestinale et une barrière intestinale défectueuse chez de nombreuses personnes présentant des maladies auto-immunes, par exemple.

Comprends tu ainsi pourquoi je te parle de ta digestion, quand tu me parles de ton psoriasis ?

Quels que soient les autres systèmes à rééquilibrer dans l'organisme, si le système digestif dysfonctionne, d'une manière ou d'une autre, il devra être le premier à être harmonisé, car il est le premier maillon de la chaîne, le fermoir du collier ...Aucun des autres systèmes de l'organisme ne pourra être corrigé, au besoin, si le système digestif dysfonctionne, que ce soit au niveau du microbiote, ou au niveau de la muqueuse intestinale.

Voilà que tu en sais désormais beaucoup plus sur ton "usine à caca" et son impact sur le reste de la santé !


Tiens toi bien : ça n'est pas terminé !


Le lien intestin / système nerveux / système limbique

Autre corrélation non négligeable : le lien entre l'intestin, le cerveau, et la gestion émotionnelle.

Déjà, sais tu que dans ton intestin réside un réseau de neurones presque aussi fourni et complexe que celui de ton cerveau ? C'est pourtant bien le cas ! Voilà pourquoi on appelle souvent le ventre : le 2ème cerveau.

De façon populaire, on a tous bien notion que notre état psychologique influence notre digestion : quand on est stressé, la digestion s'en trouve perturbée. Pour en comprendre le mécanisme, tu peux lire cet article :

Le stress, fléau du XXIème siècle

Ou pour les pros ou ceux qui veulent aller plus loin dans la précision et la physiologie t'acheter ma vidéo consacrée à ce sujet :

Physiologie du stress, sur le programme Naturo en Herbe by TaNaturo.


Mais avais-tu notion que l'inverse était vrai aussi ? C'est à dire que l'intestin, lui aussi influençait ton humeur et ta gestion émotionnelle, ceci par le réseau nerveux, mais également par la qualité du microbiote, et particulièrement celui du colon, pour le coup.

La qualité du microbiote colique n’impacte pas seulement le bien être digestif, mais aussi celui de tout l'organisme.

Le microbiote et le côlon, c'est un peu comme de l'immobilier. Les bactéries commensales sont les locataires du grand immeuble qu'est ton intestin, dont tu es le propriétaire.... Elles ont besoin de toi comme hôte pour les accueillir, mais tu as besoin d'elles pour te payer un loyer. Cette redevance, tes bactéries s'en acquittent en travaillant pour toi : elles digèrent les fibres alimentaires que tu ne peux digérer seul, participent à l'absorption de certaines molécules comme le calcium, le magnésium, et contribuent à fabriquer des molécules utiles à ton fonctionnement comme la vitamine K, la sérotonine.

Tu connais la sérotonine : c'est une hormone qu'on appelle l'hormone du bonheur... Tu vois où je veux en venir ?

Ainsi ton intestin et ton microbiote influencent directement ton état émotionnel et ton humeur ... Autant te dire que si tu es dépressif, c'est une piste à explorer ! (entre autres, comme toujours...rien n'est figé, ni identique chez chacun)

Regarde cette courte vidéo pour comprendre l'influence de l'intestin sur le risque de dépression et sur l'humeur ! Connaissant l'impact du stress et de la dépression sur l'organisme, tu vois qu'il est bon de prendre soin de son intestin quoi qu'il advienne !



Tu vois comme ton intestin influence tout le reste de ton corps et de ton esprit, mine de rien ?


Tout part toujours de l'intérieur et de très très loin. Si tu ne travailles pas sur le déclencheur, le premier domino de ton jeu de domino cascade qui aboutit à la maladie, tu n'arriveras à rien sur le long terme.



La maladie : en plus de lui taper dessus directement, il faut surtout lui couper l'herbe sous le pied !

C'est ça la naturopathie !


Si tu veux faire le tour de ton hygiène de vie avec moi, pour que nous déterminions ensemble ce qui dysfonctionne, et que je t'accompagne sur les nouvelles habitudes qui couperont l'herbe sous le pied de TA maladie : prends rendez-vous pour une consultation en ligne ou en cabinet !


A bientôt sur TaNaturo.com


Cet article t'a plu ? N’hésite pas a y mettre un❤️ et à la partager en cliquant sur les icônes de réseaux sociaux juste en dessous !


#microbiote #intestin #floreintestinale #systemeimmunitaire #colon #grele

1,187 vues

TaNaturo

Manon Vitte Naturopathe Diplômée

Toul (54)

06 14 72 15 02

manon.vitte@yahoo.fr

Siret : 831 913 553 00010