Importance de l'intestin selon la naturopathie

Mis à jour : 5 déc. 2020



Lorsqu'une personne va consulter un naturopathe, dans la majeure partie des cas, c'est parce qu'elle ressent des inconforts au quotidien, qu'elle est atteinte d'une maladie chronique ou tout simplement qu'elle souhaite optimiser sa santé...

Le naturo fait ce qu'on appelle un bilan de vitalité dans le but d'accompagner le consultant de manière précise et adaptée, à lui et à la raison de sa consultation.

Imaginons qu'une personne vienne me voir pour ... un psoriasis par exemple . Inévitablement au décours l’entrevue, je vais lui parler de l'importance de la digestion et de la santé de son intestin.

"Hein ? ... va-t-elle penser, mais pourquoi elle me parle de mon intestin ? Je ne suis pas venue pour ma digestion, je suis venue pour mes problèmes de peau qu'aucune crème n'améliore ! Elle délire ou quoi ?"

Mais non, je ne délire pas ! Et tu vas comprendre pourquoi ! L'intestin, la digestion et l’absorption ont un rôle fondamental dans l'homéostasie ! Un rôle dont trop peu de praticien de santé tiennent compte, hormis les praticiens holistiques . Et c'est carrément dommage !


Veux-tu en savoir plus sur ta tuyauterie digestive, qui dirige ce qui se passe dans ton organisme, presque, si ce n'est autant, que ton cerveau ? Mais de façon beaucoup plus cachée, discrète, insidieuse... L'intestin c'est le véritable manitou incognito de ton corps !

Suis le guide !

Le système digestif, portrait :


La partie principale de ton système digestif est constituée, ni plus, ni moins, d'un tuyau ouvert à ses extrémités, qui traverse ton corps. Il est tortueux, composé de plusieurs éléments à la nature et aux fonctions différentes, mais ça n'est bien qu'un... tuyau ! Fort important, je te l'accorde, tout de même !


Le "tuyau" :

Bouche et œsophage :



La bouche et l’œsophage constituent la partie supérieure du système digestif. Ils ont tous deux des rôles essentiels que je ne détaillerai pas ici, car là n'est pas le sujet, mais ils méritent d'être cités.


L'estomac :


L'estomac est une première étape de transit pour la nourriture arrivée de la bouche et de l’œsophage. Il s'agit d'une poche de contenance variable. Là où dans la bouche et l’œsophage, la nourriture ne passe que quelques secondes, ici elle va stagner jusqu'à plusieurs heures, pour que les étapes de digestion dédiées soient effectuées, et enfin passer à l'étape suivante. Ici s'effectue essentiellement la fragmentation mécanique des aliments et la digestion des protéines, dans un milieu nécessairement acide.


L'intestin grêle :


L'intestin grêle constitue l'étape suivante. Il est composé de 3 éléments de nature, de structure et de fonction différentes : le duodénum, le jéjunum et l'iléon.

Le duodénum est le premier segment du grêle. Il accueille les sucs venant du pancréas et du foie qui participeront à la poursuite de la digestion.

Le jéjunum et l'iléon continuent la digestion et effectuent l'absorption, c'est à dire le passage des nutriments à l'intérieur de ton organisme.

Cet intestin grêle est bien celui qui nous intéressera aujourd'hui, tu verras les détails un peu plus loin. Ne sois pas trop pressé jeune Jedi !


Le côlon :


Appelé également le gros intestin, le côlon permet la formation des selles solides par réabsorption d'eau. Il abrite la majeure partie du microbiote (ce qu'on appelait avant la flore intestinale) qui participe à la synthèse de certaines molécules utiles pour l'organisme.


Les organes annexes de la digestion :


Le foie :


Ahhh le foie ! On pourrait écrire un bouquin entier sur cet organe multitâche ! (ça a déjà été fait maintes fois, d'ailleurs...)

Au niveau digestif le foie va sécréter la bile qui permettra d'alcaliniser le bol alimentaire arrivé au niveau du duodénum, d'émulsionner les graisses et d'évacuer les déchets de l'organisme par la même occasion.

Pour en savoir plus sur ton foie, tu peux consulter cet article :

Et toi ? Comment va ton foie ?


Le pancréas :


Le pancréas, encore un organe méconnu mais pourtant si important ! Au niveau digestif, il participera à la sécrétion du suc pancréatique qui participera lui aussi à l'alcalinisation du bol alimentaire , à parfaire la digestion des protéines initiée par l'estomac, mais aussi à la digestion des glucides et des lipides.

Le pancréas a également un rôle majeur dans le contrôle de la glycémie (taux de sucre dans le sang), par la sécrétion d'insuline et de glucagon, mais ce n'est pas ce dont on parlera aujourd'hui.


Vésicule biliaire :


La vésicule biliaire, bien cachée sous le foie, est un sac de stockage de la bile. Ça n'est pas elle qui la fabrique, mais bien le foie lui même. Elle l'accumule, pour pouvoir se contracter et la relarguer en masse au moment des repas.


On a donc fait un petit tour rapide (très rapide) des différents organes impliqués dans la digestion. Intéressons nous à cet organe mal aimé qu'est l'intestin. On ne pas dire qu'il ait la considération qu'il mérite compte tenu de son importance ! Rien à voir avec le cœur par exemple, qui jouit d'une image et d'une aura si noble , ou le cerveau considéré comme le grand patron de l'organisme !

L'intestin lui, il fabrique la crotte ! Bien moins glam ! Pourtant, sous ses airs de simple éboueur, il dirige de façon discrète l'ensemble de l'homéostasie ! Découvrons comment !


Intestin grêle: la fonction barrière

La première chose dont il faut bien être conscient, c'est que l'intestin constitue la frontière de ton organisme, au même titre que la peau ! Ce qui passe dans le "tuyau" n'est pas considéré comme ton milieu intérieur mais bien comme le milieu extérieur, aussi tortueux le tuyau soit-il ! Tout simplement parce qu´il est ouvert à ses deux extrémités !

Il s'agit donc là d'une véritable barrière qui choisira de laisser entrer certains éléments et d'en refouler d'autres.

Elle est constituée par 2 éléments distincts :


La paroi intestinale :

La paroi de l'intestin grêle a une particularité notoire et inégalée dans l'organisme : sa capacité de repliement . C'est pour ça qu'on dit souvent qu'un intestin déplié pourrait représenter une surface avoisinant celle d'une salle de classe. (Les anciennes estimations disaient un terrain de foot, mais on sait maintenant qu'elles étaient erronées)


Le tube, forme déjà des replis qu'on appelle des valvules conniventes. Sur ces replis, existent des villosités : qui sont comme des mini replis, qui donnent un effet "poils de moquette" à l'ensemble. Sur ces villosités, à une échelle microscopique, existent encore des microvillosités à la surface des entérocytes (les cellules de l'intestin grêle).

Le tube en lui même, dans son épaisseur est composé de plusieurs couches. De l'intérieur vers l'extérieur, on peut distinguer :

- la muqueuse

- la sous-muqueuse

- la couche musculaire

- et la séreuse

On a donc 4 couches distinctes, chacune ayant une fonction définie et abritant des éléments anatomiques permettant le fonctionnement de l'intestin grêle


Le microbiote :


On appelle le microbiote intestinal, la colonie de micro organisme qui vit dans ton intestin.

Au sein des premiers organes de la digestion, comme l'estomac, le microbiote est quasiment inexistant ou alors de façon pathologique (comme pour l'helicobacter pylori, une bactérie responsable de la plupart des ulcères gastroduodénaux). Plus on avance vers la sortie, plus le microbiote est présent et diversifié, avec différentes souches (des "ethnies") en fonction des zones.


Ainsi, c'est dans le côlon qu'on retrouvera la plus grosse concentration de bactéries

mais il en existe également une quantité non négligeable au niveau de l'intestin grêle.

Le microbiote forme alors ce qu'on appelle un biofilm : c'est à dire une couche de bactérie, qui, mêlées au mucus, adhérent entre elles et constituent, à leur niveau, une partie de la barrière intestinale.


Le rôle de la barrière intestinale :

On l'a dit, la barrière intestinale est une frontière. Elle se rend plus ou moins perméable à certains élément pour permettre l'absorption des micronutriments, mais elle l'est également pour le passage de certaines molécules comme les médicaments qu'on prend par la bouche (on dit "per os"), mais aussi toutes sortes de molécules étrangères (les xénobiotiques) comme les produits chimiques, naturels ou non.

Par contre, la barrière (quand elle est efficace) empêche le passage des grosses molécules et des éléments non utilisables par le corps en l'état (comme les fibres par exemple).


Absorption :

C'est à cet endroit que s'effectue donc l'absorption des éléments nutritifs pour ton organisme et que la finalité de l'acte de se nourrir trouve enfin son objectif.

Les éléments nutritionnels ont été fragmentés jusqu'à leur plus petite version. Aucun élément dont la digestion aurait été tronquée ne peut passer, et sera refoulé par la "police aux frontières"(le système immunitaire)

Les entérocytes de la muqueuse intestinale sont alignés les uns à côté des autres, et attachés entre eux par ce qu'on appelle des jonctions, de différents types en fonction de leur niveau sur la cellule . On retrouve entre autres les jonctions serrées et les desmosomes.