top of page

Comment soulager une mycose vaginale : les solutions naturelles

Dernière mise à jour : 10 févr.

Les mycoses vulvaires et vaginales affectent de nombreuses femmes. La naturopathie permet de rééquilibrer le terrain afin d'éviter les récidives.


 

comment soulager une mycose vulvaire qui gratte

Aujourd'hui, Monsieur tu peux tourner les talons car l'article du jour s'adresse à la gente féminine ! Oui Mesdames, on va discuter d'un sujet peu ragoutant, mais qui nous a toutes (ou presque) touchées au moins une fois dans notre vie, à savoir : la mycose vaginale !


Ça gratte, ça pique, ça pue, c'est chiant et ça nous cause bien des soucis !


Le plus important, comme toujours en naturopathie, ce sera de s'intéresser à l'origine du trouble et de considérer la chose comme suit : la mycose vaginale est une conséquence de facteurs qui l'ont déclenchées sur un terrain favorable.


L'objectif est donc de déterminer ces fameux facteurs et d'agir dessus afin de les limiter, voire de les éliminer lorsque c'est possible, et ainsi soulager la mycose qui gratte !


Plus de facteurs favorisants = plus de problème ! CQFD


Qu'est ce qu'une mycose vaginale ?


mycose vaginale qui gratte

La mycose vaginale est une affection de l'appareil génital des femmes où un germe de la catégorie des champignons se développe de façon un peu trop prononcée, on va dire...


Le coupable la plupart du temps : le candida albicans ! (Salopard)


Contrairement à ce qu'on pourrait croire, le candida albicans est présent dans notre microbiote de façon tout-à-fait normale. On le retrouve au niveau digestif, mais aussi au niveau vulvaire et vaginal, pour vous mesdames.


Dans notre microbiote, on retrouve de nombreux germes (bactéries, levures etc..) qui vivent en harmonie et se tiennent en respect. Ce que je veux dire par là, c'est que la présence des uns limite le développement excessif des autres et inversement.


Que se passe t-il alors en cas d'une mycose vaginale ?

Pour des raisons qui peuvent être variées, le candida albicans (de la famille des levures) se transforme et se développe de façon extrême et anarchique, déséquilibrant complètement la flore locale, nécessaire à la santé et au bien-être.


Les signes d'une mycose vaginale

Les symptômes de l'infection commencent par de désagréables démangeaisons vulvaires pouvant aller jusqu'à la brûlure, qui te poussent à te tortiller discrètement, pour éviter de te gratter franchement la foufoune devant tout le monde (élégance oblige...) . Et oui, avoir une mycose qui gratte, c'est dérangeant !


Mais clairement, parfois on donnerait n'importe quoi pour gratter allégrement et se soulager, s'il n'y avait pas de public pour assister à ce spectacle navrant !


Ceci peut s'accompagner de pertes inhabituelles (super...) plus épaisses, et d'irritations qui peuvent être suintantes.


Tout ça dans la douleur évidemment, sinon ça ne serait pas drôle ! Merci mycose vaginale qui gratte !


Quelles sont les facteurs favorisants et déclenchant la mycose vulvaire

On l'a dit plus haut, ce qui nous intéresse, c'est trouver la cause de tout ce merdier !


Pourquoi la flore a t-elle été déséquilibrée, pourquoi Monsieur Candida Albicans prend subitement toute le place ?


Ici je te présente des facteurs déclenchants potentiels de la mycose vaginale, qui à eux seuls, ou en cumul peuvent déclencher la mycose vaginale.


La toilette agressive : déclencheur de la mycose vaginale


toilette agressive déclencheur de la mycose vulvaire

Leçon numéro 1 à inculquer à toutes les jeunes filles de France et de Navarre. On ne décape surtout pas la zone à coup de savons agressifs et de gels douches. C'est la pire chose à faire.


Quand on est une jeune fille, on a tendance à penser qu'il faut absolument que la zone soit décapée, désinfectée etc... Erreur ! En nettoyant trop agressivement la zone génitale, c'est toi qui déséquilibre ta flore ! En effet, tu dézingues les bactéries commensales en place, ce qui laisse toute la place et le champs libre aux champignons pour se transformer et se développer à outrance !


Bien entendu, il existe des produits lavants doux adaptés à la toilette intime, mais si tu veux mon avis, ça n'est pas nécessaire, particulièrement si on est sujette aux mycoses ...


Rincer la zone vaginale à l'eau est bien suffisant ! Le vagin est un organe auto-nettoyant !

De par son fonctionnement, le vagin se débarrasse lui-même de ses impuretés !

Exit également les douches vaginales ! Hors de question d'arroser l'intérieur du vagin à grandes eaux, car c'est bien plus agressif que tu ne le penses.


Alors j'imagine que tu penses que c'est crado de ne pas utiliser de savon, mais tu te leurres, en fait ! C'est en te décapant que tu te rends crado ... Penses-y !

En tout cas, en cas de crise, ou en cas de mycose vaginale fréquente, mon conseil : surtout pas de toilette agressive : des produits adaptés spécialement dédiés à la zone intime !


Vêtements inadaptés : déclencheur de la mycose vaginale


mycose vulvaire qui gratte vetements trop serrés

Rien de tel qu'un pantalon trop serré et une culotte en synthétique pour favoriser l'apparition d'une mycose vaginale et les démangeaisons.

On sait à quel point la mode n'est parfois pas en adéquation avec la santé des femmes.

En effet, ces paramètres favorisent la macération et donc le développement de troubles infectieux.

Si tu es une femme sujette aux problèmes de mycoses, mieux vaux privilégier les sous-vêtements en coton et les vêtements pas trop serrés au niveau de l'entrejambe.


Equilibre acido-basique : un terrain à rééquilibrer en cas de mycose vaginale


équilibre acido-basique et mycose vulvaire

Une chose est sûre, les mycoses vaginales se développent principalement sur un terrain acidifié. Et lorsque c'est le cas, bien souvent, la zone intime n'est pas la seule à souffrir de l'apparition de mycoses (mycoses buccales, mycoses unguéales...)

Le terrain acide, c'est le terreau qu'adore le candida albicans pour mettre le bazar dans ta flore !


Cure d'antibiotiques


les antibiotiques favorisent les mycoses vulvaires

Les cures d'antibiotiques sont bien souvent également une cause d'apparition de mycose vaginale. Attention je ne suis pas en train de remettre en cause le bien fondé du traitement par antibiotiques. Parfois c'est nécessaire, voire vital !


La cible des antibiotiques, ce sont les bactéries. Et si ton médecin t'a prescrit des antibiotiques, c'est dans le but d'éradiquer une infection bactérienne.


Le problème, c'est que les antibiotiques ne font pas dans le détail ! Et au delà de la souche bactérienne visée par le traitement, c'est toute une classe de bactéries qui va subir le même sort ! Et de ce fait certaines souches de ton microbiote intestinal, vaginal, buccal, peuvent être éliminées, même si à la base, elles n'étaient pas visées.... Des victimes collatérales, en somme...


De la même façon qu'avec les savons agressifs, leur absence dans la flore laissera toute la place aux levures de se développer. Levures, qui elles, ne sont pas impactées par les antibiotiques,


Il est judicieux d'accompagner les cures d'antibiotiques par une cure de probiotiques. Même si cette solution n'est pas miraculeuse, elle permet de tenter de garder à flot le microbiote, le temps que les antibiotiques fassent leur travail.

Certaines gammes de probiotiques sont spécialement dédiées à l'accompagnement des cures d'antibiotiques.


Déséquilibre de la flore intestinale souvent en cause dans la génèse de la mycose vaginale


Un déséquilibre du microbiote favorise les mycoses

Au delà de facteurs comme la cure d'antibiotiques, le microbiote intestinal peut être déséquilibré pour de nombreuses autres raisons, au profit du candida albicans. On parle alors de candidose digestive.

C'est le médecin qui diagnostiquera une éventuelle candidose digestive.


La candida albicans se développe alors de façon anarchique au sein de la sphère intestinale, créant un panel complet de symptômes digestifs, comme une hyperperméabilité intestinale, avec une malabsorption des nutriments, des alternances de constipation et de diarrhée, des douleurs abdominales, des démangeaisons anales ...

Mais une conséquence de ce déséquilibre est l'apparition de mycoses à d'autres endroits de l'organisme, comme au niveau vaginal.


Stress : déclencheur des mycoses vaginales


stress et mycose vulvaire

Grand facteur déclenchants de maladies, le stress est aussi en cause, pas seul bien entendu, mais si tous les paramètres sont réunis, un coup de stress là dessus et hop ! Voilà la mycose vulvaire qui pointe le bout de son nez.

L'impact du stress sur la santé globale n'est plus à démontrer et particulièrement sur le système immunitaire.

Les variations hormonales induites par l'état de stress provoquent des désordres immunitaires qui favorisent la transformation et le développement du candida albicans.

Bien gérer son stress est essentiel à une bonne santé.


Solutions naturelles pour contribuer à soulager la mycose vaginale

Au delà de la recherche des causes profondes son apparition, des solutions naturelles peuvent contribuer à soulager la mycose vaginale, en application locale, ou en cure interne.


L'application locale peut s'effectuer en externe sur la vulve, comme une crème ou à l'intérieur du vagin, en enduisant un tampon en coton de la préparation. Un temps de contact de 2 heures sera suffisant, une fois par jour. Ne conservez pas le tampon trop longtemps, histoire de laisser respirer la muqueuse.

L'application externe vulvaire peut, quant à elle, être renouvelée 2 à 3 fois par jour.


Aloe vera pour contribuer à soulager la mycose vaginale


aloe vera soulager mycose vulvaire

L'action antifongique du gel d'aloe vera peut soulager la mycose vulvaire et agir comme un véritable remède en complément d'autres mesures. Il apaisera également les démangeaisons et les irritations. Son utilisation est aisée, car il pénètre parfaitement la peau et les muqueuses sans laisser de film gras. Il peut être appliqué plusieurs fois par jour, sur la vulve et à l'entrée du vagin.


Huile de coco pour contribuer à soulager la mycose vulvaire


huile de coco soulager mycose vulvaire

Deuxième support intéressant pour soulager la mycose vulvaire : l'huile végétale de coco. Elle est naturellement antifongique. Elle a une action sur l'inflammation et aide le système immunitaire au niveau local. Elle peut donc soulager les démangeaisons.

Il convient de la choisir de bonne qualité afin d'en tirer tous les bienfaits.

Là aussi, il convient de l'appliquer comme une crème, sur la vulve et à l'entrée du vagin


L'huile essentielle de tea tree pour contribuer à soulager la mycose vulvaire


huile essentielle de tea tree soulager la mycose vulvaire

Les solutions d'aromathérapie peuvent aussi te sauver de la mycose vaginale ou vulvaire.


Tu peux utiliser l'huile de coco ou le gel d'aloe vera comme support de dilution pour potentialiser les effets, et appliquer le mélange sur la vulve. Mais d'autres huiles végétales neutres, compatibles avec les muqueuses vaginales sont également possibles.

L'huile essentielle de tea tree possède une action antifongique notoire. C'est anti microbe par excellence en aromathérapie.


La muqueuse vaginale est fragile et même si l'huile essentielle de tea tree est utilisable pure, il convient de la diluer à hauteur de 20% environ. Cela évitera la sensation d'échauffement de la zone au contact de l'huile essentielle


Cure de probiotiques pour contribuer à soulager la mycose vulvaire


les probiotiques soulager mycose vulvaire

La cure de probiotiques peut être intéressante pour se débarrasser de la mycose vulvaire. En interne ou en local les probiotiques agiront activement pour tenter de restaurer un climat local favorable à une flore saine.

En interne , il s'agira d'une cure en gélule. En application locale, ce sera des ovules à insérer dans le vagin.

Une autre alternative et par laquelle il faudrait commencer d'ailleurs, c'est d'utiliser des probiotiques et prébiotiques naturels alimentaires pour entretenir la flore au quotidien.

Manger des probiotiques ne constitue en rien un "traitement" en soi, mais c'est un entretien quotidien dont on ne peut se passer.


Extrait de pépin de pamplemousse pour contribuer à soulager la mycose vulvaire


extrait de pépin de pamplemousse contre les mycoses

Connu pour son efficacité sur de nombreuses infections, l'extrait de pepin de pamplemousse montre également ses effets sur la mycose génitale.

Diluez 5 gouttes d'extrait de pépin de pamplemousse dans une cuillère à soupe d'huile végétale de sésame, pour enduire votre tampon.


La propolis verte pour contribuer à soulager la mycose vulvaire


la propolis verte soulager la mycose vulvaire

La propolis verte est fabriquée par les abeilles à partir du romarin des champs. Elle possède des vertus antifongiques et ne laissera aucune chance au candida albicans envahisseur. La cure peut être de longue haleine (jusqu'à un mois) mais se révéler efficace.

Il s'agira d'une cure interne, sous forme de gélules, pendant 1 mois en suivant les recommandations du fabricant.


Les capsules d'huile essentielle d'origan compact pour contribuer à soulager la mycose vulvaire


capsules d'huile essentielle d'origan soulager la mycose vulvaire

Enfin , les capsules d'huile essentielle d'origan, en interne peuvent aussi contribuer à soulager une mycose vulvaire ou vaginale. Son action est particulièrement intéressante si une candidose intestinale est soupçonnée comme ayant provoqué la mycose vaginale. Le carvacrol qu'elle contient est actif, entre autres, sur le candida albicans et permet un bon soutien du système immunitaire.


L'huile essentielle d'origan compact comporte de nombreuses précautions et contre indications, c'est pourquoi il est impératif de vérifier qu'elle peut vous convenir.


En effet elle est réservée aux adultes et aux adolescents, et est donc interdite aux enfants et femmes enceintes ou allaitantes.

Elle peut être allergisante et irritante.

L'utilisation par voie locale pourrait être possible, mais la dermocausticité de cette huile la rend très délicate à manipuler, c'est pourquoi l'utilisation en capsule est plus sécure, à la maison.


Personnellement, je ne fais pas partie des gens qui pensent qu'on peut tenter de se mettre tout et n'importe quoi dans le vagin des femmes, sans risque. C'est pourquoi je ne conseille pas d'essayer la gousse d'ail, ou le yaourt à même les muqueuses... C'est un avis personnel.

Et de façon globale, il va sans dire que la meilleure façon d'agir efficacement est de travailler sur la cause, plus que de tenter d'éradiquer la candidose au niveau local. C'est plus long, mais bien plus efficace pour faire taire la maladie !



Prendre soin de sa flore vaginale, c'est déjà commencer par prendre soin de sa flore intestinale ! Sais-tu comment faire ?



A bientôt sur TaNaturo !


Cet article t'a plu ? N'hésite pas à le liker, à y mettre un ♥ et à le partager en cliquant sur les icônes des réseaux sociaux juste en dessous


 

Je suis Manon Vitte, praticienne naturopathe certifiée FENA depuis 2017 et infirmière de bloc opératoire de formation initiale (en activité de 2003 à 2021). Mon cabinet se trouve à Toul en Meurthe et Moselle.


Depuis 2017 j'anime avec joie et sans complexe ni tabou, le blog TaNaturo, la naturopathie dépoussièrée et Rock'N'Roll, pour partager mes connaissances et ma vision de la naturopathie avec décontraction !


Je consulte en visio-conférence pour optimiser ton bien être. Je peux t'accompagner si tu es sujette aux mycoses vaginales réccurentes, pour comprendre les causes et t'aider à stopper les crises.





9 163 vues

Posts similaires

Voir tout

Comments


bottom of page